Les femmes veulent plus que des strapontins

 

Catherine Anne et Myriam Marzouki

Tribune parue dans « Libération » le 24 janvier 2013

Depuis quelques mois, la question de l’inégalité hommes/femmes dans le monde de la culture a fait l’objet d’une attention médiatique plus grande et le public semble de plus en plus sensible à ce problème. Ceci témoigne d’une prise de conscience accélérée des discriminations de fait dont les femmes sont victimes dans tous les secteurs de la création artistique. Le collectif La Barbe qui s’est invitée sur le plateau du théâtre de l’Odéon lors de la présentation de saison 2012-2013 en juin dernier, a salué la programmation des 14 spectacles à venir : 14 textes écrits par des hommes, 14 spectacles mis en scène par des hommes. Dans le secteur artistique et culturel, l’excellence des jeunes filles et leur forte présence au niveau des recrutements dans les écoles supérieures n’empêchent pas un phénoménal phénomène de «plafond de verre». Ainsi, pour la direction des établissements subventionnés par l’Etat dans le domaine des arts, du théâtre, de la danse et de la musique, les statistiques sont effarantes : 20% de directrices pour les quatorze établissements publics, autour de 25% pour les centres chorégraphiques et les scènes nationales ou conventionnées. Les centres dramatiques nationaux et régionaux détiennent la palme, avec 8% d’artistes directrices, situation en régression ! Le contexte politique nous permet d’espérer qu’en la matière, le changement soit vraiment pour maintenant…

Le choix du nouveau président de la République d’un gouvernement paritaire est un acte important prouvant qu’il est possible d’allier volontarisme et recrutements de valeur. Ce combat pour l’égalité des femmes et des hommes dans l’art et la culture est fondamental pour la société tout entière. N’est-il pas inadmissible que les mécanismes de domination masculine se retrouvent dans un secteur de l’activité humaine qui se targue de missions d’émancipation, d’ouverture, de critique, voire de subversion ? Nous revendiquons un monde où les petites filles, autant que les petits garçons, puissent «naturellement» – autrement dit «culturellement» – se rêver chef d’orchestre, écrivaine, metteuse en scène, peintre, plasticienne, cinéaste. Nous revendiquons un monde où les jeunes filles s’engageant dans une carrière artistique ne soient pas majoritairement condamnées à choisir entre les rôles – ô combien gratifiants ? – de muses, obscurs objets de désir, ou précieuses collaboratrices, dévouées et invisibles. Nous souhaitons que disparaisse en France cette anomalie démocratique de la sous-représentation des femmes dans le monde de l’art et la culture.

Catherine Anne, écrivaine, metteuse en scène

Myriam Marzouki, metteuse en scène,

membres du Mouvement H/F pour l’égalité dans l’art et la culture 

Nous avons lu ce texte et partageons pleinement l’avis qu’il exprime.

Premiers signataires du texte :

Georges Appaix, chorégraphe


Marion Aubert, écrivaine, metteure en scène, comédienne

Stephanie Aubin, chorégraphe et directrice du Manège de Reims, Scène Nationale

Marie-Christine Blandin, sénatrice ; présidente de la commission culture au Sénat

Agnès Bourgeois, metteure en scène

Zabou Breitman, comédienne, metteure en scène

Marie-Pia Bureau, directrice du grand R Scène Nationale ;

Denise Chalem, écrivaine, vice-présidente théâtre SACD

François Chaignaud, chorégraphe, danseur

Jean-François Chougnet, directeur Marseille Provence 2013 ;

Joseph Danan, auteur ;

Hélène Delavault, cantatrice, comédienne ;

Judith Depaule, metteure en scène

Sophie Deschamps, présidente de la SACD

Sophie Deshayes, musicienne ;

Marie Desplechin, auteure ;

Yan Duyvendak, artiste

Laurence Equilbey, chef d’orchestre ;

Pierrette Fleutiaux, écrivaine, prix Fémina 1990 ;

Nicolas Frize, compositeur ;

Claudine Galéa, auteure ;


Pascale Henrot, directrice du Théâtre de la Cité Internationale à Paris


Emmanuelle Huynh, chorégraphe, directrice du CNDC d’Angers


Hassane Kouyaté, conteur, comédien et metteur en scène ;


Emmanuelle Laborit, comédienne, directrice de l’international visual théâtre

Daniel Larrieu, chorégraphe ;


Jean-Joël Le Chapelain, directeur de l’Apostrophe, Scène Nationale ;


Muriel Mayette, administratrice de la Comédie Française


Pierre Meunier, auteur, metteur en scène et acteur ;


Marie Ndiaye, écrivaine, prix Fémina 2001 et Goncourt 2009 ;


Rachid Ouramdane, danseur, chorégraphe, artiste associé au théâtre de la Ville de Paris et à La scène Nationale d’Annecy ;


Gloria Paris, metteure en scène


Joël Pommerat, auteur et metteur en scène


Claude Ponti, écrivain-dessinateur ;


Corinne Rufet, présidente de la commission culture de la Région Île-de-France;


Marie-Agnès Sevestre, directrice des Francophonies en Limousin

Claudia Stavisky, metteure en scène, directrice du théâtre des Célestins à Lyon ;


Carole Thibaut, auteure, metteuse en scène

Anne Théron, metteure en scène

Gilberte Tsaï, metteure en scène, ex directrice du CDN de Montreuil


Hélène Vincent, comédienne